Les kilos émotionnels

 

weight-loss-2036969_1920

Parce que je suis convaincue que le poids n’est pas qu’une affaire d’alimentation et de sport ( même si, biensûr , cela ne fait pas de mal)

2015: Une année pourrie.

L’année 2015 est une année particulièrement éprouvante pour moi. J’apprends en quelques semaines d’intervalles la maladie de ma maman, la maladie de mon beau père, son compagnon, qui est une personne très importante dans ma vie, il y a beaucoup de décès autour de nous, entre mon mari et moi, nous perdrons 5 personnes de notre entourage cette année la. C’est également l’année du lancement de mon entreprise de courtage en prêt immobilier, avec tout le stress que cela peut engendrer, la peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas y arriver… et enfin c’est l’année où mon mari est muté et part travailler très tôt pour rentrer très tard, chose que je ne vis pas forcément très bien vu les circonstances et nos 3 enfants à s’occuper. Gros sentiment d’abandon.

Moi qui avait toujours eu la chance, je dois bien l’avouer, de pouvoir manger tout ce dont j’avais envie sans jamais prendre de poids, je vois mon poids augmenter doucement mais sûrement. En 3 ans, j’ai pris 10 KG!

Je vais être honnête les régimes, ça ne me dit pas grand chose et le sport , et bien à vrai dire je manque un peu de temps . 3 enfants, deux entreprises, un mari  qui rentre toujours tard… Disons que je ne prends pas le temps.

Et puis pour être tout à fait sincère, je sais parfaitement que ces kilos sont surtout liés à ce qu’il se passe dans ma tête… je suis habituée à écouter mon corps, ses signaux et je sais que là, il essaie de me dire des choses.

Sauf que cette prise de poids a suivi une période tellement « riches » en événements compliqués que je ne sais pas vraiment quel est le symptôme déclencheur, si tenté qu’il n’y en est qu’un.

weight-loss-850601_1920

Depuis quelques mois, j’étudie beaucoup ces kilos émotionnels.

Je cherche à comprendre pourquoi nous ne sommes pas tous égaux face à la balance pour moi mais aussi pour vous aider à vous.

Alors bien sur, il y les problèmes de santé qui jouent beaucoup sur la prise ou la perte de poids mais il y a aussi tout ce que l’on nous a transmis depuis  que nous sommes enfants.

De la façon dont on nous a nourri a la naissance ( je ne parle pas du fait qu’on ai été allaité ou pas mais plutôt de l’amour qu’on nous a transmis dans ces moments là) jusqu’à toutes ces croyances qu’on nous a bien ancré au plus profond de notre cerveau ( il faut finir son assiette, on ne gaspille pas, oh regarde ces belles joues rondelettes, il faut bien déjeuner le matin, Vous n’allez pas laisser ces 3 morceaux de viande dans le plat, dans notre famille on est des gros mangeurs, je dois manger des légumes , …).

 

Et bien bonne nouvelle tout cela peut changer, on peut travailler sur ses croyances limitantes , changer notre mode de pensée parce que vous savez quoi????

 

belly-2473_1920

Plus vous pensez a ne pas prendre de poids et plus vous allez en prendre.

Et tant que vous écouterez ces injonctions qui ont bercé votre enfance ( il faut finir son assiette, il ne faut pas gaspiller…) , vous prendrez du poids ( ou vous n’en perdrez pas … durablement).

Je suis convaincue d’une chose, encore une fois , a part problème de santé, il n’y a aucune raison que certain(e)s prennent du poids et d’autre pas. Je ne crois pas au fait que certains sont fait pour être plus enrobés que d’autres.

Alors comment faire, me direz vous?

Tout d’abord, je vous invite à écrire sur un cahier comment vous vous définissez par rapport à votre corps et à la nourriture. Ecrivez ce qu’il vous passe par la tête . Cette première prise de conscience est capitale pour faire changer les choses.

ex: dès que je fais un écart, je prends du poids, j’ai toujours eu la culotte de cheval, je prends du ventre dès que je bois de la bière, je ne suis pas raisonnable…

Ensuite , amusez vous à noter ce que vous disaientt vos parents, souvenez vous des repas de votre enfance, que se passait il? qu’est ce qu’on vous rabâcher?

ex: finis ton assiette, tu vas me faire plaisir et manger ce bon repas que je t’ai préparé avec amour, tu n’es pas gentil, tu n’as rien mangé, fini ton assiette, as tu pensé aux petits africains qui meurent de faim…

Vous pouvez également noter dans un cahier votre perception de la bonne santé. Faut il être enrobé pour être en bonne santé? Faut il être très mince? Comment est, dans votre vision des choses , un corps en bonne santé. Dessinez le . Dessinez vous. Qu’est ce qu’il en ressort? quelle différence y a t il entre votre coprs à vous et celui de la personne en bonne santé?

Déjà prendre conscience de tout cela est un énorme pas en avant pour retrouver un corps qui vous convient. Savez vous que prendre conscience de tout cela c’est déjà faire la moitié du chemin pour changer les choses?

Il y a une autre chose que j’ai remarquée. C’est qu’auparavant, quand je mangeais sans regarder, je mangeais quand j’avais faim, j’arrêtais quand je n’avais plus faim, je mangeais sans aucune culpabilité .

Je crois que cela aussi est très important.

Savez vous reconnaître les signaux de la faim ? Moi je ne savais plus, je mangeais quand il fallait manger mais pas quand j’avais faim.

Et pourtant c’est quelque chose de primordial, si vous mangez sans avoir faim, donc sans que votre corps ai BESOIN de nourriture, vous stockez, si vous attendez d’avoir trop faim pour manger, votre corps se met en mode famine et vous stockez. Si vous finissez votre assiette alors que vous n’avez plus faim, vous stockez!!

Il faut réapprendre à s’écouter! et ouiiiiiii, encore et toujours s’écouter.

Mangez quand vous avez faim, mangez avec plaisir, savourez, et arrêtez lorsque vous n’avez plus faim. C’est quelque chose d’essentiel .

Enfin, une chose qui est primordiale également c’est de s’aimer et d’aimer son corps . Je vous encourage à noter chaque partie de votre corps que vous aimez. Demandez à vos (très) proches ce qu’ils préfèrent chez vous. Notez tout cela dans votre petit cahier.

Petit à petit réapprenez à aimer ce corps qui n’est peut être pas celui que vous voudriez mais qui vous porte malgré tout, chaque jour.

 

Mes apprentissages, pas finis car on apprend chaque jour, mais disons suffisamment avancés, cela fait deux semaines que je travaille sur moi , après avoir mis à plat toutes ces croyances, grâce à des exercices de PNL, de libérations émotionnelles et encore plein d’autres techniques de ma « boite à outils « , pour l’instant, en deux semaines j’en suis à deux kilos perdus, j’espère arriver à ces fameux dix kilos avant la fin de l’année… je vous dirais…

 

 

Belle journée a tous et à toutes

 

PS: Vous voulez recevoir mon e-book gratuit pour vivre le bonheur au quotidien, c’est par  ici : http://eepurl.com/dt3-zv

 

 

4 réflexions au sujet de “Les kilos émotionnels”

  1. Très intéressant cet article ma soso. Il faut que je médite sur tout ça… Moi j’ai plutôt perdu 10kg… Et voilà que maintenant j’en reprends alors que je fais beaucoup de sport, mais j’avoue que je ne vois pas et ne sens pas quand je n’ai plus faim et le grignotage de « sucre »….

    1. Cette histoire de poids n est pas toujours simple à comprendre mais en creusant un peu on fini toujours par saisir le message que notre corps nous envoie . C est vraiment un travail passionnant à faire sur soi !
      Enfin moi j’ai adoré mais tout cela me passionne toujours de toute façon ! 😂

Laisser un commentaire